vendredi 30 novembre 2012

Le « journaliste » Paul Conroy, agent opérationnel du MI6

Source :http://www.voltairenet.org/article173023.html

+
Présenté comme reporter photographe au Sunday Times, Paul Conroy, qui vient de s’échapper de l’Émirat islamique de Baba Amr, est un agent du MI6 britannique.
Sur cette photo, on le voit en Libye (en gilet pare-balles bleu) avec les dirigeants d’Al-Qaeda : à sa droite Mahdi al-Harati (en gilet pare-balles noir) et Abdelhakim Belhaj (en vareuse camouflée).
• Mahdi al-Harati a épousé une Irlandaise et a vécu à Dublin. Paul Conroy est Irlandais du Nord, élevé à Liverpool.
Selon l’ancien Premier ministre José Maria Aznar, Mahdi al-Harati est toujours recherché en Espagne pour son implication dans les attentats de Madrid du 11 mars 2004.
En 2010, avec une barbe plus soignée et la couverture d’une ONG, Mahdi al-Harati était infiltré par le MI6 au sein de la « Flottille de la Liberté » qui tenta d’apporter de l’aide humanitaire dans la bande de Gaza.
Mahdi al-Harati dirigeait la brigade d’Al-Qaeda qui assiégea l’hôtel Rixos de Tripoli, en août 2011. Selon Khamis Kadhafi, il était encadré par des instructeurs français. Selon une source militaire étrangère de très haut niveau, al-Harati avait reçu pour mission de l’OTAN de capturer les dirigeants libyens réfugiés dans une facilité secrète de l’hôtel, et d’assassiner dans l’hôtel l’ex-congressman et assistant de Martin Luther King, Walter Fauntroy. Il devait aussi éliminer les deux collaborateurs du Réseau Voltaire Thierry Meyssan et Mahdi Darius Nazemroaya qui résidaient à l’hôtel Radisson, où al-Harati installa son centre de torture. Cette décision avait été prise lors d’une réunion restreinte au commandement de l’OTAN à Naples quelques jours plus tôt. Le compte-rendu fait mention de la présence à cette réunion d’Alain Juppé. Interrogé à ce sujet, son secrétariat dément toute participation du ministre français des Affaires étrangères et indique qu’il était en vacances à cette date.
En octobre 2011, Mahdi al-Harati a mis en scène en Syrie, un village témoin situé dans la montagne à la frontière turque. Durant deux mois, il y a reçu des reporters occidentaux pour leur vanter la « révolution » syrienne. Le village est habité par une tribu qui était rémunérée pour jouer des manifestations et poser pour la presse. Al-Harati y a notamment reçu Paul Moreira de Canal Plus et Édith Bouvier du Figaro.
• Abdelhakim Belhaj est le bras droit d’Ayman al-Zawahiri, et l’actuel numéro 2 d’Al-Qaida. Bien qu’il soit officiellement toujours un des criminels les plus recherchés dans le monde, il a été promu par l’OTAN gouverneur militaire de Tripoli.
Abdelhakim Belhaj dispose d’un titre de résident au Qatar.
Abdelhakim Belhaj a effectué récemment plusieurs séjours en Turquie, où il a disposé d’un bureau sur la base de l’OTAN à Incirlik, et en Syrie où il a infiltré plusieurs groupes jusqu’à atteindre un total de 1 500 combattants. Selon Ayman al-Zawahiri, ses hommes ont notamment perpétré les attentats de Damas et d’Alep.
Son organisation, le Groupe islamique combattant en Libye, a fusionné avec Al-Qaeda mais figure toujours sur la liste des organisations terroristes du Département d’État US et du Département de l’Intérieur Britannique.
En s’associant à des terroristes reconnus, Conroy tombe sous le coup de la loi à la fois aux États-Unis et au Royaume-Unis pour soutien ou association à un groupe terroriste. Il encourt 15 ans de prison, sauf à faire valoir son immunité en excipant de sa qualité d’agent de Sa Majesté.





lundi 26 novembre 2012

Assad et le chef du Parlement iranien saluent l’"échec" d’"Israël" à Gaza

Source : http://www.almanar.com.lb/french/adetails.php?fromval=1&cid=18&frid=18&eid=86001


  
Le président syrien Bachar al-Assad et le chef du Parlement iranien Ali Larijani se sont félicités vendredi à Damas de
"l'échec" de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, réaffirmant leur engagement aux côtés de la "résistance", selon l'agence officielle Sana.
  
Lors de sa première étape d'une tournée régionale qui le conduira au Liban et en Turquie, M. Larijani a discuté avec M. Assad "des développements régionaux, notamment après l'échec de la récente agression israélienne contrela bande de Gaza et la grande victoire de la résistance palestinienne", selon Sana.
  
Ils ont également réaffirmé leur attachement à "la voie de la résistance", s'engageant "à continuer à la promouvoir et à la soutenir à tous les niveaux".
  
"Au moment où certains Etats, notamment de la région, avaient peur d'armer les Palestiniens, la Syrie et le peuple syrien ont mis tous leurs moyens à la disposition du peuple palestinien", a affirmé M. Larijani, faisant référence à l'offensive israélienne sur Gaza.
  
"A cause de cela, certains pays de la région arment des groupes (hostiles) à la Syrie", a poursuivi le dirigeant iranien, dont le pays, grand allié de Damas, accuse des pays occidentaux et arabes d'armer et de financer la rébellion.
  
A son arrivée à Damas, il avait estimé que les Israéliens pensaient "pouvoir détruire la résistance", mais que "le peuple palestinien a prouvé qu'il avait de bonnes ressources pour se défendre".
Ali Larijani, a affirmé que la Syrie joue un rôle important dans l'appui à la résistance, soulignant que certaines parties veulent s'aventurer dans la région en provoquant des problèmes en Syrie.
 "Nous insistons toujours sur le rôle pionnier de la Syrie dans la résistance", a déclaré Larijani à son arrivée  à l'aéroport de Damas.
Larijani a indiqué que les réformes démocratiques en Syrie sont des questions nécessaires qui peuvent être réalisées via le dialogue politique, soulignant que la militarisation de la crise aboutira à encore plus de tués parmi les fils du peuple syrien.
Il a indiqué que des évenement se produisent dans la région que ce soit en Syrie, en Turquie ou au Liban, " ces évenements sont sensibles notamment après l'agression sioniste contre Gaza car certaines parties croyaient qu'elles peuvent détruire la résistance mais le peuple palestinien avait prouvé sa capacité de se défendre.
Larijani a estimé que le peuple palestinien avait réalisé une autre épopée pour la résistance.
 Larijani a quitté enusite la Syrie pour le Liban où il a été accueilli à l'aéroport par les représentants du Hezbollah du mouvement Amal et l'ambassadeur Rokn Abadi.
 Il devra rencontrer le président du parlement libanais Nabi Berry.

dimanche 25 novembre 2012

Les dernières volontés d’Israël ?

Source : http://www.partiantisioniste.com/

La tournure que prennent les événements en Palestine occupée dévoile deux hypothèses.
La première : cette guerre est planifiée et nous verrons bientôt se réaliser les prémisses du choc des civilisations. Toute cette stratégie israélienne apparaitra non comme une agression israélienne mais comme un rempart et un secours pour l’Occident tout entier.
Deuxième hypothèse : Tout ce qui se passe aujourd’hui, c’est qu’Israël et l’Occident avec les crises qu’ils traversent, vivent une situation incontrôlée : perte de repères dans un monde qui bouge et se transforme.
Pour finir, les conséquences de cette guerre risquent de ne pas être une garantie pour leur avenir.
Cette guerre prend une nouvelle tournure. Les cibles touchées – Tel Aviv, Jérusalem, le ministère de la Défense, la Knesset, la centrale nucléaire Dimona, un avion de chasse et un drone israélien – sont les prémisses qui dévoilent un grand bluff : l’invincibilité d’Israël !
Nous sommes à un tournant, une Apocalypse non maîtrisée. Pour la première fois dans son histoire, le peuple arabe aura son mot à dire. Le sionisme est piqué à vif, le sionisme n’a pas d’autre choix que de quitter la Palestine ou le suicide collectif emportera tout le Moyen-Orient. L’Occident ne pourra y survivre…
Le Parti Anti Sioniste appelle tous les hommes libres et tous les résistants du monde à soutenir la Résistance avant qu’il ne soit trop tard. Tous ensemble, organisons une marche vers Jérusalem !

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi - Président du Parti Anti Sioniste

URL : www.partiantisioniste.com/articles/1283

Le Qatar impliqué dans l’assassinat des dirigeants du Hamas

Source : www.almanar.com.lb

Un centre d’études international basé au Canada a révélé que les bureaux et les adresses d’un nombre de dirigeants du Hamas ont été localisés lors de la visite du prince du Qatar Hamad ben Khalifa Al Thani et ensuite visés par les roquettes israéliennes.
Selon des sources s’exprimant au site Global Research, l’émir qatari a offert un nombre de montres et de stylos aux dirigeants du Hamas qui émettent des signaux à basse fréquence aux satellites israéliens. L’armée israélienne a immédiatement utilisé les signaux émis pour liquider certains dirigeants du Hamas, ajoutent ces sources sous le couvert de l’anonymat. Cheikh Hamad était arrivé à Gaza le 23 octobre dernier, dans une première visite d’un chef d’Etat à l’enclave palestinienne depuis l’accès du Hamas au pouvoir il y a cinq ans.

Global research est un site d’informations alternatives qui expose d’un œil différent les dossiers et les causes et qui accuse les médias occidentaux de désinformation. Il avait révélé plusieurs informations sur l’implication de cadres politiques d’un petit pays du Golfe et dans d’autres pays européens.

Auparavant, le directeur de la chaine de télévision AlMayadeen, Ghassan ben Jeddo avait révélé dans un entretien au quotidien palestinien Assabah qu’Israël avait assassiné le dirigeant militaire du Hamas Ahmad elJaabari à cause de cassettes vidéo livrées par la chaine alJazira à Israël. Ces vidéos ont été filmées au cours de la visite de ben Jeddo à Gaza lors de la guerre israélienne de 2008.

Source: Site ElBadil

Le soutien iranien à la Résistance est "sans condition"!(Hamas)

Source : french.irib.ir

IRIB- Mahmoud Al Zahar , l'un des emmbres du bureau politique du Hamas a une nouvelle fois réitéré son appel à l'aide en direction des pays arabes pour un armement de la Résistance.
" Le soutien iranien à la résistance palestinienne est toujours inconditionnel et si ce soutien suprend certaines parties arabes qu'elles s'y mettent elles aussi et rivalisent avec l'Iran" " nous n'avons d'autre choix que de nous armer et l'oumma arabe devra nous donner des armes" Al Zohar est revenu sur l'accord du cessez le feu avec Israël "qui à aucun moment ne prévoit une interdiction de l'envoie d'armes à la résistance" . les remarque de al Zohar vont sans doute en direction du Qatar qui envoien chaque des milliers de dollars d'armes et de munitions aux rebelles syriens mais qui en dépit de son discours pro palestinien évite d'en faire autant pour Gaza.

Drapeau sioniste brûlé au Parlement bahreïni: des députés portent plainte

Source : www.almanar.com.lb

Neuf députés dans le Parlement bahreïni ont porté plainte contre le député Ousama al-Tamimi pour avoir brulé le drapeau sioniste lors d'une session du Parlement la semaine dernière. La plainte sera discutée mardi prochain, afin de prendre les mesures nécessaires contre le député al-Tamimi.





De son côté, le vice-président des Affaires étrangères, de la défense et de la sécurité dans le Parlement Oussama al-Tamimi a affiché son étonnement face à cette plainte.


"L’histoire des Sionistes est pleine de meurtres, de persécution et d'intimidation contre nos frères Palestiniens et Arabes. Rappelons-nous du massacre d'al-Tiri, où 55 palestiniens au moins ont été brûlés à mort à sang-froid. Pourtant, vous croyez que brûler le drapeau israélien est un acte extrémiste? Les Bahreïnis, les Arabes et les Musulmans se souviennent toujours de l'autodafé de la mosquée al-Aqsa en 1969", s'est-il insurgé.

Il a expliqué qu’il a voulu par ce geste exprimer son soutien aux Palestiniens, et affirmer que tous les Bahreïnis libres soutiennent leurs frères à Gaza et en Palestine.

Le député al-Tamimi avait brûlé la semaine dernière le drapeau sioniste lors d'une session du Parlement bahreïni, ce qui a poussé le président du Parlement Khalifa al-Zahrani à déclarer la clôture immédiate de la session.

Al-Qaradaoui sème la discorde en Egypte, Al-Azhar s’insurge

Source : www.almanar.com.lb/


Contrairement à ce qui était prévisible, le prédicateur égyptien résidant au Qatar Youcef Al-Qaradaoui, n’est pas le bienvenu chez lui en Egypte et plus précisément à la fameuse Mosquée d’Al-Azhar d’où il est issu.
La décision du ministère des Waqfs égyptien, qui l’a autorisé à donner des prêches le vendredi, a reçu une vive contestation de la part du syndicat des imams, alors que cette même décision avait obtenu la bénédiction du syndicat des prédicateurs, en cours de création.

La cause de ce refus est que les prêches d’Al-Qaradaoui «revêtent un caractère politique et subversif et, surtout, partiaux car attaquant des régimes et en épargnant d’autres, allusion au Qatar. Les opposants d’Al-Qaradaoui ont insisté sur la nécessité de donner leur chance à des imams jeunes, loin de toute influence partisane, se demandant, par ailleurs, pourquoi le cheikh controversé a choisi de revenir en Egypte, dans ce contexte précis où la rue égyptienne s’insurge de nouveau, menaçant le pays d’une nouvelle ère d’instabilité et de chaos.

Pour eux, Al-Qaradaoui veut prendre le train du changement en marche et rattraper le temps perdu. Le syndicat des imams dénonce, dans le même temps, la marginalisation des imams des Waqfs, «qui subissent une véritable persécution».

Le ministère des Waqfs, qui a salué la présence d’Al-Qaradaoui, aspire, lui, à travers cette démarche, à réhabiliter le cheikh chez lui, d’autant plus que, estime le gouvernement des Frères musulmans, Al-Qaradaoui «était l’un des plus farouches opposants au président déchu Hosni Moubarak».

Quant à la prestigieuse institution religieuse, elle considère cette invitation et le tollé médiatique qu’elle a suscité comme une «incitation au désordre et à la division».

Ce bras de fer qui oppose le syndicat des imams et le ministère des Waqfs, accusé de préparer Al-Qaradaoui pour prendre la tête d’Al-Azhar, ne va pas s’arrêter là.

En effet, le syndicat des imams, affilié à Al-Azhar, refuse que les imams égyptiens qui n’ont pas quitté le pays soient mis sur la touche pour laisser place à des prédicateurs opportunistes, et que les Frères musulmans fassent main basse sur cette institution religieuse très influente en Egypte.

Ces mêmes opposants craignent également qu’en faisant appel à Al-Qaradaoui, le gouvernement dirigé par les Frères musulmans vise à placer Al-Azhar sous la houlette d’un Qatar qui s’attèle à toucher les dividendes de sa participation au renversement des régimes dans plusieurs pays arabes, en s’impliquant de façon directe dans les nouveaux choix politiques et économiques et en imposant le wahhabisme comme doctrine religieuse.


Source: algeriepatriotique.com

jeudi 22 novembre 2012

Le saviez-vous ? : Les soldats franco-israéliens…

Source : www.partiantisioniste.com

Le saviez-vous ? : Les soldats franco-israéliens…
Pourquoi la France accepte-t-elle l’envoi de réservistes Franco-israéliens ? D’où provient leur financement ?
Jusqu’à quand la binationalité permettra-t-elle de commettre des crimes de guerre en toute impunité ?
Peuple de France, pourquoi accepter l’injustice et les crimes commis par des Franco-israéliens avec la complicité de nos hommes politiques ?
En 2006 (guerre du Liban) et en 2009 (opération « Plomb durci » à Gaza), des cercueils de soldats franco-israéliens ont été enterrés secrètement dans certaines régions de France. Auront-ils demain, le courage d’enterrer publiquement ces Franco-israéliens ?
Israël a plus d’un tour dans ses réserves, certains de nos Imams de France en font partie !
A quoi sont destinés ces Imams de France en Israël ? Pour quel front et pour quel terrain sont-ils préparés ?
Se rendent-ils compte que cette manière d’agir est le terreau de l’importation du conflit israélo-palestinien en France ?
Le Parti Anti Sioniste appelle la Nation toute entière à dénoncer le stratagème maléfique du CRIF et du sionisme à Gaza. Il est temps de rejoindre la parti de la Résistance. La France est en danger et Gaza n’est qu’un prélude…
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
URL : www.partiantisioniste.com/articles/1286

Gaza : Al-Jaabari, tué, par le Qatar

Source : french.irib.ir

IRIB- Cette fois, c'est un site d'information français, End Times, cité par al Nakheel, qui vient de l'annoncer :
Le commandant en chef des brigades d'Al-Qassam a été repéré, par des GPS satellitaires des unités liées à  la Garde nationale du Qatar! La Garde nationale de l'Emir al-e Thani s'est rendue, à Gaza, avant la visite de ce dernier, dans cette région, et elle avait, pour mission, l'identification des domiciles et des lieux fréquenéts par certains dirigeants du Hamas. End Times dit s'être informé, à ce sujet, auprès des sources de renseignement françaises. "Les maisons, ainsi que les bureaux de ces dirigeants, ont été dénoncés, par des espions et des mercenaires, qui accompagnaient la Garde nationale qatarie, et les bracelets montres et les stylos offerts par la personne de l'émir à ces leaders ont fait le reste, puisqu'ils étaient en connexion avec des satellites israéliens. Le Qatar a, ainsi, à son actif, la mort de Jaabari, celle d'un autre commandant du Hamas et trois de ses frères. End Times dit que le Qatar s'apprête à préparer un transfert de la population de Gaza vers la Jordanie voisine, une fois, la dynastie hachémite renversée par les Frères musulmans jordaniens. Les signes avant-coureurs de cette chute sont visibles, à travers les manifestations d'envergure, contre la cherté de la vie, qui s'amplifient, de jour en jour, en Jordanie.

mercredi 21 novembre 2012

Les Occidentaux veulent la tête de Bachar

Source : www.almanar.com.lb

Un journal britannique le « Daily Star » a fait l’écho d’un scénario dramatique pour le dénouement de la crise syrienne, présenté comme sil est sur le point d’être mis en exécution: assassiner Bachar el-Assad .
Une photographie montée sur la mort de Bachar El-AssadDans le cadre d’un plan entre le premier ministre britannique David Cameroun et le président américain Barack Obama, « des unités spéciales britanniques entrainent des commandos syriens pour assassiner le président syrien Bachar el-Assad et ses assistants en utilisant de nouveaux armements et explosifs » est-il écrit dans le journal.  Il y a quelques mois, quelques medias ont fait état de l’envoi de commandos français en Syrie dans le but également d’éliminer le président syrien.
De plus, l’armée de l’air royale britannique pourrait effectuer des vols dans l’espace aérien de toute la Syrie, dans le but d’imposer un embargo aérien dans toute la Syrie. Le plan stipule d’après l’article l’instauration dans un premier temps d’une zone d’exclusion aérienne qui sera protégée par des forces britannique, française et américaine et des zones sécurisées en Syrie, Turquie et en Jordanie », est-il également signalé. 
La Syrie sera en tête de l’ordre du jour de la réunion du Conseil de sécurité national britannique, assure le journal.

David Richards: chef d'état major britanniquePlus pondérés sont certes les propos du chef d’état-major britannique David Richards qui a évoqué pour la première fois la possibilité d’une intervention militaire en Syrie arguant la détérioration de la situation humanitaire dans ce pays.
Dans un entretien télévisé, il a toutefois insisté que la Communauté internationale devrait préciser la manière convenable pour exécuter une telle opération », signalant qu’elle pourrait se faire par l’envoi de factions pas très grandes l’hiver prochain. « Nous étudions en permanence les solutions plausibles à ce problème. Mon travail se résume à évaluer  ces plans et en vérifier la possibilité de leur exécution », a-t-il signifié.
(http://www.dailymail.co.uk/news/article-2231390/Sir-David-Richards-warns-British-troops-deployed-Syria-warzone.html

Amman : rencontre entre militaires syriens et officiers de l’intelligence américain et israélien
Pour sa part, le journal américain Wall Street Journal a révélé que la Jordanie organise des rencontres entre des officiers des services de renseignements américains et israéliens avec des soldats syriens ayant fait défection et fui en Jordanie.
«  les services de renseignements jordaniens organisent pour les officiers et responsables des services de renseignements américains et Israéliens les séances d’interrogatoire avec les militaires syriens qui ont fui en Jordanie pour leur extorquer des informations sur l’armée syrienne et entretenir des liens avec les officiers syriens », assure le journal, selon lequel le rôle de la Jordanie dans l’aide à l’insurrection syrienne va en s’amplifiant.
Entamée depuis le printemps dernier, le role de la Jordanie s’est poursuivi en achetant et  transférant des armements financés par l’Arabie saoudite et le Qatar à la milice de l’Armée syrienne libre. Le journal assure que des responsables des services de renseignements jordaniens rencontrent régulièrement des chefs miliciens syriens, facilitent leur va et vient à  travers la frontière, et discutent avec eux de questions stratégiques et militaires.
En échange de cette assistance, Riad et Doha paient comptant, Amman ayant reçu des garanties de la part de l’Arabie saoudite et du Qatar qu’il obtiendra une aide économique et sécuritaire.
Damas bombarde à la frontière avec la Turquie
Bombardement à la frontière avec la TurquieL'aviation syrienne a effectué lundi des frappes sur les régions frontalières avec la Turquie, en particulier la localité Ras el-Ein dans le gouvernorat Hassaké et qui est investie par des centaines de miliciens venus de la Turquie, depuis la semaine passée.
Des médias turcs, se référant à des témoins oculaires disent qu’ il y a eu une cinquantaine de victimes syriennes. Sachant que cette localité de 70 milles habitants a été vidée de ses habitants depuis le début de son occupation. Des sites syriens font quant à eux état de plus de 200 miliciens tués, leurs repaires ayant été particulièrement visés.
Selon les chaînes NTV et CNN-Turk, suite aux frappes de l'aviation, plusieurs puissantes déflagrations ont retenti sur le territoire syrien. L'onde explosive a par ailleurs soufflé les vitres des immeubles administratifs et des maisons de la ville turque de Ceylanpinar, frontalière avec la Syrie, faisant des blessés légers parmi les citoyens turcs.
Harem toujours la victime
L'exécution à Harem la semaine passéeDans la province d’Idleb où les forces gouvernementales avancent en direction de la ville de Maaret-Noemane , la machine de guerre des miliciens continuent à s’abattre contre la localité de Harem en particulier, connue pour être partisane du régime. Ce lundi encore, elle a subi un pilonnage meurtrier qui a tué 22 syriens, dont trois enfants, et blessé 40  autres, comme le rapporte l'agence iranienne FARS.
Selon l'agence, les obus tirés par les rebelles ont détruit plusieurs maisons de la localité. A l'heure actuelle, les résidents du village continuent de déblayer les décombres et pensent que le bilan de victimes pourrait encore s'alourdir.
La semaine, les images de liquidation d’habitants de la localité de sang-froid après avoir été sortis de force de leurs maisons ont fait le tour du monde et soulevé la réprobation générale, à un moment où les organisations internationales accusent les miliciens de crimes de guerre et les Syriens expriment de plus en plus leur dégout face à leurs exactions insensées.
Du côté de Jisr Chohour, l’armée régulière mène une opération d’envergure contre les repaires des miliciens et plusieurs d’entre eux ont été détruits. Un atelier conçu pour fabriquer des charges explosives a été découvert.
Terrain ailleursAbdalla Madidi, milicien tué à Deir Ezzor le 11 novembre 2012
Imad Natour, un jordaein kamikaze d'une voiture piégée à Deraa samedi dernierIl est également  question selon Syrian Documents d’un autre bombardement aérien de l’armée régulière contre les positions de l’ASL dans la région Boukamal à Deir Ezzor. Des activistes assurent qu’il y a eu des victimes. Alors que le site Sky News rend compte de la chute d’un hélicoptère, mais sans montrer aucune image à l’appui, comme c’est le cas chaque fois qu’un appareil de l’armée régulière est abattue.
Beaucoup plus loin, des combats violents ont lieu entre l’ASL et les forces gouvernementales dans la province de Kouneytra, au sud-ouest de la Syrie proche de la Palestine occupée. Alors que les repaires des miliciens dans le village Beir Ajam font l’objet d’un pilonnage de l’artillerie.
Un pilonnage similaire a également lieu dans le gouvernorat de Deraa contre des positions de l’ASL à Tel Chehab.
A Hassaké, des miliciens avaient attaqué dimanche des barrages de l’armée syrienne dans la localité Tal-Barak, et ont tenté en vain d’abattre un chasseur bombardier dans la ville de Ras el-Ein.
Nouvel assassinat: le directeur d’une cité industrielle
La cité industrielle de Hasia à HomsL'inauguration de l'usine Saba en 2007







 Ce lundi encore, dans le gouvernorat de Homs, les miliciens ont assassiné le directeur de la cité universitaire Hasia, Khaled Ezzeddine et ses deux gardes.
A noter que dans cette cité universitaire se trouve l’usine de voitures iraniennes de type Saba et dont la productivité par an s’élève à 15 mille voitures.
 Attaques de bus
Deux attaques contre deux bus ont eu lieu ce dimanche : la première consiste en l’enlèvement d’un bus transportant des employés de la société syrienne des hydrocarbures  venant de Lattaquié. elle a eu lieu sur la route Hassaké-Alep. Une source locale a assuré pour Arabs-press 5 employés étaient à son bord alors que les autres sont des passagers ordinaires.
La seconde attaque a été l’explosion d’un bus dans le gouvernorat de Hama et qui a été revendiqué par le bataillon Moetassem de l’ASL. Selon Syrian Documents, cette agression est motivée par des raisons communautaires. Ce qui laisse penser que les victimes appartiennent à une minorité syrienne.
Et attaques à proximité de Sayeda Zaynab
Le sniper Abou Oubayda tué à Alep le 10-11-12 Dimanche, il a été  également question de plusieurs obus d’origine inconnue qui se sont abattus sur les bâtiments de la région de Yelda et sur l’une des mosquées de Bebella (toutes deux situés à proximité de la localité de Germana à majorité chrétienne et à 4 Km de Sayeda Zaynab) dans la province de Damas, sans faire de victimes.
Miliciens tués à Cheikh Saad à Alep
Miliciens tués
Ce jour-là, plusieurs miliciens ont péri selon Syrian Documents dans un pilonnage de leurs repaires dans le quartier Jouber à Damas.
5 autres ont été tués dimanche dans des accrochages avec l’armée régulière sur l’autoroute reliant la ville d'Alep à Hamadaniyyé.  Dans cette deuxième métropole, des accrochages violents ont lieu à proximité du siège des renseignements aériens au quarteir Zahra et  se sont soldés par plusieurs blessés, dont le nombre n’a pas pu être déterminé.
Menaces contre une actrice, contre tous les acteurs
L'actrice syrienne Suzanne NajmeddineDans le cadre de la campagne de terreur menée par les miliciens de l’ASL contre les Syriens partisans du régime ou au moins hostiles à leur insurrection, une actrice syrienne de renommée a assuré avoir reçu des menaces de morts alors qu’elle voulait se rendre à une radio locale à Damas pour y accorder un entretien. Suzanne Najmeddine connue pour ses rôles de premier rang dans les feuilletons syriens a signalé que « tous les artistes syriens sont menacés et que certains veulent les empêcher de jouer leur rôle naturel. »
Obsèques de l'acteur syro-palestinien Mohammad RafeaElle révèle que de nombreux acteurs se sont absentés des obsèques de l’acteur syro-palestinien tué la semaine passée aux mains des miliciens de l’ASL parce qu’ils ont peur des massacre qui pourraient être commis.
«  Le rôle des acteurs est essentiel pour rassembler les gens, et semer l’amour et pour être aussi des ambassadeurs pour leur patrie et diffuser un message au monde entier dont le contenu est que la Syrie fait l’objet d’un complot », a-t-elle clamé.
Avant de conclure : «  le peuple syrien ne pliera jamais et la Syrie tiendra malgré la conspiration concoctée contre elle ».

Gaza : La résistance frappe au cœur de Tel-Aviv, près du ministère de la guerre

Source : www.almanar.com.lb


Tel-Aviv: Explosion près du ministère israélien de la guerreLes forces de la résistance palestinienne ont une nouvelle fois renversé la table. Tel-Aviv a été fortement secouée par une explosion mercredi dans un bus près du ministère israélien de la guerre. Peu après l'explosion, les soldats israéliens ont recommandé de ne pas quitter le siège du ministère.
Le ministre israélien de l’intérieur a assuré qu’il s’agit d’une explosion à l’engin explosif.
Deux personnes auraient déposé un paquet d'explosif et réussi à s'enfuir, selon la dixième chaine de télévision israélienne.
Peu auparavant, les médias israéliens avait fait état d’une opération martyre exécutée par une fillette palestinienne.
21 Israéliens ont été blessés, dont 5 grièvement atteints, selon le porte parole de l’armée d’occupation.
Scène de liesse à Gaza
Un engin explosif a été placé dans un bus à Tel-AvivLes comités populaires de la résistance, le Hamas et le Jihad ont salué l’opération héroïque à Tel-Aviv, revendiquée par le Front populaire de la Libération de Palestine (FPLP), les brigades du martyr Ahmad Jibril.
"Nos combattants au cœur de la Palestine sont capables de frapper au moment et au le lieu opportun", a affirmé le FPLP.
Pour le Hamas, cette opération est une réaction normale aux massacres israéliens des civils à Gaza.
A Gaza, qui fait l'objet de bombardements israéliens intensifs, des scènes de célébrations ont éclaté après l'annonce de l'explosion, selon des journalistes.
Cette attaque survient alors que la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton et le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon continuent leurs consultations en « Israël » et à Ramallah (Cisjordanie) pour tenter de parvenir à un cessez-le-feu entre « Israël » et la résistance palestinienne.
Roquettes
Mateh Yehouda, près de Jérusalem occupée, Béer Touvia,  Shaar Hanéguev, Beer Sheva, Ashdod et Ashkelon AlMajdal ont été tous bombardés par des missiles Grad et des roquettes de différents calibres par la résistance palestinienne.
Selon la télévision israélienne, 75 roquettes ont été tirées depuis le matin sur les colonies israéliennes.
De son côté, le quotidien Maariv a comparé la colonie de Beersheva à une ville fantôme.
L'économie israélienne a perdu un milliard et 200 mille shekels depuis le début de l’agression israélienne contre Gaza, ont rapporté les médias israéliens. Selon la Confédération des industriels israéliens, les six premiers jours de l’offensive contre Gaza ont coûté 120 millions de shekels à l’industrie israélienne, soit 25 millions d’euros.
Plus de 11 martyrs à Gaza
Raid israélien contre une maison à Gaza (mardi)Cependant, les agressions israéliens contre les civils à Gaza se sont intensifiés. Plus de 11 palestiniens, dont un enfant, sont tombés en martyre ce mercredi, soit un total de 145 martyrs et 1200 blessés, depuis le début de l’offensive israélienne contre Gaza déclenchée mercredi dernier.
Mardi, deux caméramans de la chaîne de télévision Al-Aqsa, ont été tués dans des raids aériens israéliens qui ont fait 20 morts mardi.
Trois autres personnes sont tombés en martyre dans le quartier de Chejaïya, et une quatrième a péri dans une frappe aérienne qui a visé la ville de Beit Hanoun (nord), selon M. Qoudra.
Les brigades d’AlQassam ont en outre exécuté à Gaza six collaborateurs travaillant à la solde d’Israël. Selon la radio d’AlAqsa, les collaborateurs détenaient des équipements d’espionnage très sophistiqués. 

3 avions israéliens atterris en Turquie bourrés d'armes, destinés à l'opposition syrienne

Source : french.irib.ir

IRIB – Au lendemain des entretiens du patron des renseignements qataris à Tel-Aviv, 3 avions israéliens ont atterri en Turquie dans une zone située à 60 kilomètres de la frontière syrienne, pour faire parvenir des armements aux terroristes en Syrie.
Deux jours après que le journal suisse Sonntagszeitung a révélé que des terroristes armés, en Syrie, utilisaient des bombes et explosifs offensifs fabriqués en Suisse, le site de la chaîne Al-Manar a annoncé qu'Israël, aussi, continuait de fournir des armements aux terroristes qui ont la main souillée de sang des civils syriens. La semaine dernière, Israël a envoyé 3 avions transportant des armements vers la Syrie et c'est l'Arabie saoudite et le Qatar qui en ont payé les coûts financiers, ajoute Al-Manar. Un jour, justement, avant le vol desdits avions, le chef des renseignements du Qatar avait quitté Tel-Aviv, alors qu'il venait de s'entretenir avec des responsables israéliens, de l'affaire syrienne.

Israël /Egypte/Turquie : + 40% d’exportations depuis le printemps arabe

Source : nosnondits.wordpress.com


Les relations entre Israël et l’Egypte sont dans une situation délicate – mais le commerce est florissant entre les pays. Les exportations israéliennes vers l’Egypte se sont élevées en 2011 à environ 200 millions $ – selon les données de la Division du commerce extérieur de l’Association des entrepreneurs. Une augmentation de 40% (en dollars) en 2011 en termes de volume d’exportation vers l’Égypte a été observé. Les exportations israéliennes ont dans leur ensemble augmenté, selon l’Institut de l’exportation, de seulement 11%.
L’augmentation des exportations vers l’Egypte est particulièrement impressionnante quand on considère que l’Egypte, qui est un pays en difficulté depuis la Révolution traverse une grave crise économique. Les exportations de produits chimiques vers l’Egypte ont fait un bond, selon l’Association des entrepreneurs, de 211% et totalisé 118 millions de dollars, et l’exportation de produits en plastique a augmenté de 20%. Les exportations de produits d’emballage, ont chuté de 40%, les exportations de machines ont diminué de 64% (peut-être à cause de l’affaiblissement de la coordination de la sécurité entre les deux pays) et les exportations de textile ont chuté de 3,6%.
Les exportations vers la Turquie augmentent encore 
Les relations entre Israël et la Turquie sont sensibles mais cela n’affecte pas les échanges entre les deux pays. Selon l’Institut des exportations israélien, les exportations d’Israël vers la Turquie se sont élevées en 2011 à environ 1,9 milliards de $, soit une augmentation de 40% par rapport à 2010. Cette augmentation a suivi la précédente de 2010 qui était estimé à + 30% .
Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, avait annoncé les dernières années qu’il ne souhaitait plus que son pays ait des relations commerciales avec Israël. Cependant, Erdogan ne pouvait intervenir auprès des entrepreneurs privés qui ont fait des affaires avec les entrepreneurs israéliens, car la législation turque se rapportant à Israël, définit toujours le pays comme un pays ami. Les déclarations d’Erdogan n’ont pas convaincu la communauté d’entrepreneurs turcs, dont la plupart est opposée à son régime.
Sous la pression des deux gouvernements, le champ d’activités entre les 2 pays est en effet réduit, mais les relations commerciales privées n’ont pas été affectées par les problèmes politiques.

Turquie- Israël : les affaires continuent malgré la crise

Source : www.econostrum.info

Après avoir expulsé l’ambassadeur d’Israël et suspendu tous les accords militaires avec l’Etat hébreu, la Turquie a annoncé la suspension de tous ses échanges commerciaux avec les instituts gouvernementaux israéliens. Le courant d'affaires entre les deux pays continue cependant. Pour l'instant...



Les relations se dégradent entre la Turquie et Israël (photo DR)
Les relations se dégradent entre la Turquie et Israël (photo DR)
TURQUIE / ISRAËL. Après l'annonce par le premier ministre turc Recep Tayyip Erdoğan du gel total des relations commerciales avec les entreprises israéliennes publiques, l'ambiance se dégrade entre les deux pays.

Mais, d’après Menashe Karmon, président de la Chambre de commerce internationale Israélo-Turque, il n’y a pour l’instant pas réellement  lieu de s’inquiéter. « La crise entre la Turquie et Israël dure depuis déjà deux ans et nous n’en avons pas à un seul moment ressenti les effets dans le milieu des affaires ». explique-t-il.

 «Les hommes d’affaires turcs sont en général des personnes cultivées et ouvertes, je ne pense pas  qu’ils soient réellement influencés par les relations diplomatiques de leur pays. Nos relations commerciales sont florissantes, ils n'ont aucune raison de les arrêter» poursuit-il.

En 2010, les échanges commerciaux entre les deux pays représentaient 3,5 mrds$ (2,48 mrds€) et ont atteint des sommets en 2011 : ils étaient 26% plus élevés au premier semestre 2011, qu’au premier semestre 2010.

Et d’après le quotidien israélien Globes, la plupart des hommes d’affaires israéliens ne s’imaginent pas un seul instant que les Turcs cesseront de commercer avec Israël.

Pour Menashe Karmon,  « la seule chose à faire maintenant, c’est conserver de bons rapports directs avec nos partenaires turcs et espérer une amélioration rapide des relations  entre nos gouvernements.»

Si la crise s’aggrave, l’économie israélienne n’en sortira pas indemne

Certains économistes israéliens ont par contre pris très au sérieux l’annonce du premier ministre turc.

Stanley Fischer, gouverneur de la Banque d’Israël, annonçait mardi 6 septembre 2011 au quotidien turc Hürriyet qu’il craignait une grave atteinte au commerce bilatéral entre les deux pays. « Il pourrait y avoir des  retombées terribles pour l’économie israélienne » a-t-il- déclaré.

La Turquie possède un PIB annuel de 700 mrds$ (498 mrds€) et selon Stanley Fischer, «elle est sur le point de devenir une puissance économique à l’échelle mondiale aussi bien vis-à-vis des pays asiatiques, qu’européens et moyen-orientaux, elle n’a donc pas vraiment besoin d’Israël.»

Pour Israël, la Turquie est un partenaire majeur. Selon l’Institut israélien d’Exportation et de Coopération internationale, en 2010,  Israël importait 1,8 mrd$ (1,28 mrd€) de biens provenant de Turquie, et exportait 1,3 mrd$ (920 M€) vers la Turquie. 

Neuf cent grandes sociétés israéliennes sont actuellement implantées en Turquie, principalement dans la chimie, l’industrie pharmaceutique, les fournitures médicales, l'informatique,  les télécommunications et la défense, dont certaines comme Elbit Systems, Israel Chemicals, Israel Aerospace Industries (IAI), et Israel Oil Refineries sont des entreprises d’Etat visées par le boycott turc.

mardi 20 novembre 2012

Gaza : Toutes nos armes, de la balle aux roquettes, sont iraniennes

Source : www.almanar.com.lb



Ziad NakhalaLe vice secrétaire général du Jihad Islamique, Ziyad Nakhala, a affirmé que toutes les armes de la résistance palestinienne à Gaza, y inclus celles du Hamas, sont iraniennes.
« Toutes nos armes, de la balle aux roquettes, même celles fabriquées localement sont iraniennes », a précisé lors d’une interview accordée à la télévision égyptienne.
Et d’ajouter : « je remercie nos frères iraniens pour les sacrifices qu’ils ont offert afin d’acheminer ces armes vers la bande de Gaza et pour leur soutien au peuple palestinien ».
Gaza/Une roquettes tirée sur les colonies israéliennesM.Nakhala a précisé que « toutes les colonies israéliennes sont à la portée de la résistance ». Et de poursuivre : « si on n’avait pas ses armes, les Israéliens auraient piétiné les corps de nos enfants ».
Le dirigeant du Jihad islamique a en outre promis que « les forces de résistance qui sont en position de force ne feront aucune concession susceptible de porter atteinte à la résistance ».
« Nous sommes capables d’imposer une bonne partie de nos justes revendications, dont entre autres : la levée du blocus, l’arrêt des assassinats, l’ouverture des passages frontaliers et autres ... », a conclu M. Nakhala.
Mechaal critiqué sur les réseaux sociaux
Khaled MechaalCependant, le chef du Hamas Khaled Mechaal a été critiqué sur les réseaux sociaux juste à la fin de sa longue conférence de presse qu’il a tenue lundi au Caire.
Lors de sa conférence de presse, Mechaal a tenu à remercier à plusieurs reprises l’Egypte, la Turquie et le Qatar pour leur soutien au peuple palestinien à Gaza.
Or, il a été obligé de remercier l’Iran, en réponse à une question. Il a fait état de divergences de vue avec Téhéran sur sa position envers la Syrie.

Peres accuse l'Iran d'inciter à la "violence" à Gaza
Shimon PeresLe président israélien Shimon Peres a accusé lundi l'Iran d'encourager les Palestiniens à poursuivre leurs tirs de roquettes sur « Israël » plutôt qu'à négocier un cessez-le-feu.
Les Iraniens "essaient encore d'encourager le Hamas à continuer les tirs, les bombardements, ils essaient de leur envoyer des armes", accuse Peres dans un entretien à la télévision CNN.
"Nous n'allons pas faire une guerre à l'Iran. Mais nous essayons d'empêcher l'acheminement de missiles à longue portée que l'Iran envoie au Hamas", ajoute le président israélien.
Dimanche le président du Parlement iranien, Ali Larijani, avait appelé les pays de la région à envoyer des armes aux Palestiniens pour combattre l’entité sioniste.

Le dilemme difficile d’Israël à Gaza : le bourbier ou la trêve

Source : www.almanar.com.lb

Au sixième jour de l’agression militaire contre Gaza, les Israéliens s’avèrent de plus en plus humiliés par la poursuite des tirs de roquettes contre les colonies israéliennes.
Pour ce lundi, le Hamas et le Jihad islamique, ont revendiqué une centaine de roquettes, dont notamment une vingtaine de missiles Grad et pour la première fois d’un missile Fajr 3. Les régions israéliennes visées étant particulièrement Bat Yam près de Tel-Aviv, Ashkelon, Ofakim, Gan Yavne, Beersheva et autres.
Des assaillants ont déclenché un engin explosif près de la station balnéaire d’Eilat, a-t-on rapporté de source égyptienne, qui a fait état d’Israéliens blessés.
Les brigades d’AlQassam en ont revendiquée 73 roquettes, soit le total de1166 depuis le début de l’opération.
De leur côté, les brigades d’AlQuds ont lancé un missile de type Fajr 3 sur la colonie de Bat Yam, à 3 km au sud de Tel Aviv. Les images vidéos de ce tir seront diffusées très prochainement, a promis la branche militaire du Jihad Islamique.
Gaza/des roquettes de la résistance palestinienneLa roquette d'artillerie Fajr 3 est un lance roquette multiple iranien, une Katioucha de troisième génération. Fajr signifie 'aube' en arabe.
La roquette, d'une longueur de 5,2m et d'un diamètre de 23 centimètres, a une portée estimée de 45 kilomètres. La roquette pèse 407kg et l'ogive 45kg.
Selon les médias israéliens, un bâtiment a été frappé de plein fouet à Ashkelon par les tirs provenant de Gaza, sans fournir d’autres détails.
L'offensive contre Gaza a déjà coûté 120 millions de shekels de dégâts aux entreprises du Sud de l’entité sioniste, a-t-on rapporté de mêmes sources.

Le Hamas détient 10 milles roquettes
Le Hamas et son bras militaires, les brigades d’AlQassam détiennent actuellement plus de 10 mille roquette de moyenne et de longue portée, pouvant atteindre le cœur d’ « Israel », c’est ce qu’a rapporté dimanche la dixième chaine de télévision israélienne, citant les services de renseignements israéliens.
Selon cette même source, le Hamas détenait entre 12 et 16 mille roquettes  au début de l’offensive militaire contre Gaza.
Gaza : Une matinée souillée de sang
Gaza/Raids israéliens contre les civilsEt puis, dans une tentative de sauver la face devant son opinion publique, le gouvernement israélien a donné le feu vert à l’intensification des bombardements de l'aviation et de la marine. Les civils palestiniens sont les premières victimes de cette escalade.  
Plus de 22 Palestiniens, dont un enfant de 5 ans, sont tombés en martyre dans des raids dans la matinée, ce qui alourdit le bilan des victimes depuis mercredi : 95 martyrs, dont 26 enfants et 700 blessés.
Quatre personnes, dont un enfant de 5 ans et deux femmes de 20 et 23 ans, sont tombés en martyre suite à un raid dans le quartier de Zeitoun, dans la ville de Gaza.
Trois Palestiniens d'une même famille ont également péri dans une frappe sur la voiture dans laquelle ils se trouvaient à Deir al-Balah, dans le centre du territoire palestinien.
En outre, un fermier de 50 ans a été tué par un raid israélien contre la ville de Beit Lahiya, dans le nord du territoire palestinien, selon des sources médicales.
Et deux autres fermiers ont été tués dans une frappe sur Qarara, à l'est de Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza.
Dimanche a été la journée la plus meurtrière avec 31 martyrs palestiniens, en majorité des femmes et des enfants.
Trêve sous la supervision de l’Egypte
Cependant, au niveau politique les discussions se poursuivaient pour parvenir à une trêve.
Le président égyptien Mohamed Morsi a discuté avec les dirigeants des deux principaux mouvements de la bande de Gaza, le chef du Hamas Khaled Mechaal et le chef du Jihad islamique Abdallah Challah, "des efforts égyptiens pour mettre un terme à l'agression", selon un communiqué de la présidence au Caire.
Mechaal et Challah se sont également entretenu avec le chef des renseignements égyptiens.
M. Morsi avait évoqué samedi des contacts avec les deux camps et "quelques indications sur la possibilité d'un cessez-le-feu bientôt".
Un responsable israélien s'est rendu dimanche au Caire  pour le même motif.
Les conditions israéliennes et palestiniennes
Yediot AharanotDans ce contexte, le quotidien israélien Yediot Aharanot a révélé que l’entité sioniste a demandé au président Morsi de superviser une trêve de six mois, pouvant durer 15 ans.
Selon le quotidien israélien, le Premier Ministre israélien, Benjamin Netanyahu a émis plusieurs conditions pour la conclusion de cet accord :
1-  l’arrêt immédiat du trafic d’armes vers Gaza.
2-  L’engagement de toutes les factions palestiniennes à l’arrêt des tirs de roquettes.
3-  La fin des attaques contre les soldats israéliens à la frontière.
4-  Le droit d’ « Israël » de liquider les membres de la résistance en cas d’attaques.
5-   L’ouverture du passage de Rafah et la fermeture des autres passages frontaliers entre Gaza et « Israël ».
Mais, selon le Yediot, les autorités d’occupation ont ensuite annulé deux conditions liées au trafic d’armes et à l’arrêt total des tirs de roquettes.
S’agissant des revendications de la résistance palestinienne, les factions de la résistance ont réclamé la levée du blocus maritime contre Gaza, une garantie internationale sur l’arrêt des assassinats ciblés, des raids israéliens à la frontière, et des attaques contre les pêcheurs travaillant sur la côte de Gaza.
Toujours selon ce quotidien, l’entité sioniste a menacé d’envahir Gaza afin de renverser le Hamas, si la résistance n’approuve pas ces conditions dans un délai de 48 heures à 72 heures.
L’invasion de Gaza
Des soldats israéliens à la frontière avec GazaMais, il semble que les Occidentaux ont pris aux sérieux les menaces de la résistance en cas d’invasion de Gaza. L’administration américaine a mis en garde contre  les conséquences d’une invasion de Gaza. Pour l’administration américaine, cette aventure pourrait causer des modifications stratégiques qui ne seront pas dans l’intérêt des Etats-Unis et d’ « Israël ».  
Si les forces israéliennes pénètrent à Gaza cela pourrait entrainer des pertes plus considerables dans les rangs des soldats israéliens, a averti Obama.
Rappelons que les brigades d’AlAqsa ont promis de transformer la bande de Gaza à un cimetière pour les soldats israéliens, et Tel Aviv en une boule de feu, en cas d’invasion.

vendredi 16 novembre 2012

Al Thani à Hanieh : "cesse ton alliance avec l'Iran et renonce à la lutte armée"

Source : http://french.irib.ir/info/moyen-orient/item/225197-al-thani-%C3%A0-hanieh-cesse-ton-alliance-avec-l-iran-et-renonce-%C3%A0-la-lutte-arm%C3%A9e


IRIB- Selon des sources proches du Hamas à Gaza citées par Al Manar , au cours de sa récente visite à Gaza, l'Emir du Qatar aurait demandé au premier ministre élu palestinien Haniyeh de " cesser son alliance avec l'Iran et de renoncer à la lutte armée contre Israël".
Al Thani aurait posé plusieurs conditions à un soutien qatari à Gaza que voici : fin de l'alliance avec l'Iran; l'amorce d'un dialogue sans pré condition avec Israël; la reconnaissance d'Israël; la reconnaissance de Qods comme capitale d'Israël et la fin de la demande de la restitution de Qods oriental aux palestiniens; l'annonce officielle de la fin de la lutte armée et l'amorce du dialogue. le premier ministre palestinien aurait répondu à l'Emir : " en somme tu veux que donne Gaza aux Israéliens. si çà ne dépendais pas que de moi je l'aurais accepté . mais je suis un membre du comité exécutif du Hamas et premier ministre des palestiniens et à ce titre, je ne le peux pas" selon Al Manar, la réponse aurait fortement déplu à l'Emir qui décide sur coup de réduire le montant de son aide financière de 600 millions à 350 millions de dollars. les analystes affirme que le commandant en chef des brigades d'al Qassam tué mercredi a été l'un des partisans de l'alliance avec l'Iran , la Syrie et le Hezbollah. son élimination viserait en effet à dénaturer la branche armée du Hamas et à la transformer comme la branche armée du Fatah en un "organe côntrolable". Le Hamas suit un objectif bien précis : offrir le Hamas sur un plateau d'argent à l'Occident et convaincre ce dernier du bien fondé d'une intervention militaire en Syrie".

jeudi 15 novembre 2012

VIDÉO (Bande de Gaza): Le Jihad islamique réussit à abattre un drone israélien

Source : http://centpapiers.com/video-bande-de-gaza-le-jihad-islamique-reussit-a-abattre-un-drone-israelien/

VIDÉO (Bande de Gaza): Le Jihad islamique réussit à abattre un drone israélien

15 novembre 2012 | 0 commentaire(s) | vu 686 fois


Les Forces de défense israéliennes ont mené 340 attaques contre des cibles dans la bande de Gaza depuis le lancement de l’opération pilier de la défense, mercredi.  Hier, c’est 70 frappes contre des cibles du Hamas. Quelques heures après que le Hamas ait visé la région de Tel Aviv avec des missiles à longue portée, on compte 16 Palestiniens tués, et près de 200 blessés.
Côté israélien, 3 personnes ont été tuées, quand une roquette a frappé un appartement de Kiryat Malachi. Un bébé de 8 mois a été également grièvement blessé.Quelque 75 personnes ont été traitées par les services de secours, la plupart avec des blessures légères et en état de choc.
Le Jihad islamique a publié une vidéo montrant un drone qu’elle affirme avoir abattu sur la bande de Gaza dans la nuit de mercredi à jeudi.


mercredi 7 novembre 2012

Quatre explosions à Riyad (Arabie Saoudite)

Source : www.partiantisioniste.com

Quatre explosions à Riyad (Arabie Saoudite)
En moins de deux semaines, l’Arabie saoudite a été victime de deux explosions mortelles, la première a eu lieu le 16 octobre 2012 dans une académie militaire et la seconde, le 1er novembre à Riyad, lors du passage d’un camion-citerne transportant du gaz, provoquant 24 morts et 135 blessés.
Le directeur général de la Défense civile saoudienne, le général Saad ben Abdallah al-Tuwaijri, a déclaré que les effets se sont propagés jusqu’à 300 mètres au-delà de l’explosion du camion-citerne. Cependant, la vidéo montre que les colonnes de feu étaient à plusieurs milliers de mètres de l’explosion du camion…
Des sources d'opposition mettent en doute la version officielle et affirment qu’il y a eu plusieurs explosions. Elles s’interrogent sur la véritable raison qui a poussé le conducteur à foncer sur la chaussée. De plus, des témoins ont  confirmé qu’un gigantesque incendie a été provoqué par l'explosion et que le feu s’est propagé sur plusieurs milliers de mètres.
Par ailleurs, les informations disponibles indiquent que quatre explosions ont eu lieu dans des endroits différents : dans un complexe d'appartements et dans une station service. Ces explosions ne peuvent donc pas avoir été spontanées, ni avoir été provoquées par une simple erreur humaine.
Apparemment, les quatre explosions  qui ont eu lieu le 1er novembre, sont des attentats terroristes… N’oublions pas qu’al-Qaïda avait menacé l’Arabie saoudite d’exécuter des attentats.
Tout ce qui se passe en Arabie saoudite (mécontentements de la population et manifestations) laisse présager un avenir ténébreux pour le pays. Nous rentrons dans un processus incontrôlable pour l’Arabie saoudite et pour son gouvernement. Toutes les ingérences, le terrorisme et les manipulations commis par l’Arabie saoudite dans la région vont la confronter aux mêmes problèmes.
Quant à l’explosion de l’académie royale militaire saoudienne, il se cache derrière une tentative d’insurrection qui a mal tourné.
Qui sème le vent récolte la tempête…
Nous appelons les dirigeants saoudiens, turcs et qataris à réfléchir à deux fois avant de soutenir une lutte armée dans les pays musulmans. Cela ne sert qu’un plan maléfique dirigé par le sionisme israélien et international. Les actions qu’ils (Arabie saoudite, Qatar, Turquie) poursuivent et le sang qu’ils versent dans les pays musulmans aboutiront à une lutte armée à l’intérieur même de leurs frontières !
Sionisme ou antisionisme ? Choisissez votre camp avant qu’il ne soit trop tard…
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
URL : www.partiantisioniste.com/articles/1260

 

vendredi 2 novembre 2012

L’« armée syrienne libre » soutenue par l’Occident massacre les captifs

www.silviacattori.net

Cette vidéo montre des exécutions commises par les combattants d’une brigade de l’« armée syrienne libre » (ASL) contre des hommes portant des vétement civils, le 1er novembre 2012, à l’ouest de la ville de Saraqeb dans la province d’Idlib.
2 novembre 2012 | Thèmes (S.Cattori) : Syrie
On y voit les combattants de l’ASL commettre des actes d’une cruauté insoutenable contre des captifs à terre, qu’ils brutalisent, piétinent, blessent, aux cris de « Allah Akbar », avant d’ouvrir le feu sur eux...